Spiromètre : à quoi sert cet outil de mesure?

Spiromètre : à quoi sert cet outil de mesure?

Dans les appareils de mesure de constantes vitales accessibles au grand public, on observe une variété de plus en plus importantes d’outils. Il y a encore quelques années, le spiromètre était un instrument réservé aux professionnels de santé, mais plus maintenant. Avec la recrudescence de l’épidémie de coronavirus à travers le monde, de nombreux particuliers, surtout des personnes d’un certain âge ou atteints de maladies respiratoires chroniques, souhaitent s’équiper de cet appareil permettant de mesurer la capacité respiratoire d’un individu.

Qu’est ce que la spirométrie?

La spirométrie est un test permettant de déterminer avec une relative simplicité les différents paramètres lors de la respiration. On cherche à étudier la capacité des poumons à inspirer et expirer, les volumes d’air que ces organes sont capables de traiter et les débits liés à ces volumes. Le but de cet examen est de détecter d’éventuelles pathologies respiratoires.

La spirométrie est une des solutions permettant une exploration fonctionnelle respiratoire (EFR) parmi d’autres tels que la plethysmographie, la capacité de diffusion pulmonaire, la gazométrie artérielle ou le test de provocation à la métacholine par exemple 1.

Les poumons sont des organes qui permettent l’oxygénation du sang grâce aux échanges gazeux effectués au niveau des alvéoles. La capacité pulmonaire est donc un bon indicateur indirect de l’état d’oxygénation des cellules.

Lorsque vous inspirez (aspirez de l’air), les poumons se chargent en oxygène (O2) qu’ils redistribuent au capillaires sanguins. Lorsque vous expirez (soufflez de l’air), les poumons se déchargent du dioxyde de carbone (CO2) présent dans les cellules.

Que ce soit pendant la phase d’inspiration ou d’expiration, un certain volume d’air est aspiré ou expulsé. Si l’on connait ce volume, on peut mathématiquement déterminer le débit. Le spiromètre est l’outil qui permettra de mesurer soit le débit, soit le volume, et qui restituera sous forme d’un graphique le résultat du test qui pourra alors être interprété.

Types de spiromètres?

En fonction de ce que l’on veut mesurer, débit ou volume, on peut classer les spiromètres en deux familles. Ceux mesurant le volume et calculant le débit, ou ceux mesurant le débit et calculant le volume.

– Mesure du volume et détermination du débit

  • Cloche à eau
  • A joints de déroulement
  • A soufflet

– Mesure du débit et détermination du volume

  • A turbine avec mesure optique
  • A fil chauffant
  • A ultrasons

Il existe de nombreux modèles disponibles à l’achat sur internet avec chacun leurs avantages et leurs inconvénients. Il conviendra au particulier souhaitant se munir de ce type d’appareil de faire son choix en fonction de la facilité d’utilisation et du coût des éventuels consommables nécessaires.

Le spiromètre est un appareil qui permettra de mettre en évidence certaines pathologies respiratoires ou simplement de contrôler l’évolution de celles-ci. Il peut convenir également aux sportifs pour quantifier l’évolution de leur capacité respiratoire.

Pathologies détectées avec un spiromètre

Conjointement à d’autres explorations ou examens, le spiromètre peut permettre de diagnostiquer ou d’étudier différents problèmes respiratoires chroniques ou non chez les patients.

– Le S.P.V.A.

Le syndrome des petites voies aériennes peut se définir comme une réduction du débit d’air au niveau des voies aériennes supérieures tout en observant aucune diminution au niveau des bronches. Ce syndrome peut évoluer vers une T.V.O. ou régresser. Les antécédents du patient entreront en compte.

– Le T.V.O.

Le trouble ventilatoire obstructif qui se caractérise par une diminution du débit d’air dans l’arbre bronchique. On y retrouve les bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO), les emphysèmes pulmonaires, l’asthme ou une dilation des bronches.

– Le T.V.R.

Le trouve ventilatoire restrictif ne concerne cette fois pas les bronches ou les voies aériennes et peut être lié à des facteurs tels que l’obésité, une fibrose pulmonaire ou une sclérose latérale amyotrophique (SLA) voir une scoliose. Il s’agit d’une réduction des volumes pulmonaires sans obstruction des bronches.

– Le T.V.M.

Le trouble ventilatoire mixte résulte de l’association du T.V.O. et du T.V.R. et, est observable par exemple chez des personnes obèses souffrant de BPCO.

Documentation

1 : Explorations fonctionnelles respiratoires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *